Le mainframe au centre du cloud, du mobile et du social

J’ai eu la chance d’être invité à une conférence sur l’utilisation du Mainframe (notamment dans le Cloud, le Mobile, le Social et donc, aujourd’hui le Big Data) par le Directeur Mainframe et la Communication Manager d’IBM France il y a quelques semaines.

.

mainframe

Autant vous dire que je ne connaissais pas grand chose au Mainframe mais j’étais de toute façon attiré par les thématiques cloud, mobile et social. Je me suis donc rapidement renseigné sur le sujet. Le terme Mainframe désigne, selon Wikipédia :

  • Un principe d’architecture informatique où un ordinateur puissant centralise les données et les traitements d’un système d’information

  • Un ordinateur central fonctionnant selon ce modèle centralisé

Et dans la pratique, ça sert à quoi ? Beaucoup de services cloud et mobile, notamment des applications, sont gérées par du mainframe. Et, qui dit applications, dit forcément aujourd’hui social.

Tous les jours on utilise le mainframe sans le savoir : sur le site de sa banque en ligne, lorsqu’on réserve un billet sur le site d’un voyagiste, en utilisant ses applications sur mobile, etc…

Pourquoi tous ces services utilisent le mainframe ?

D’abord parce que la quantité de données à traiter peut-être colossale. Avoir l’idée d’une application révolutionnaire c’est bien, avoir les outils en interne pour traiter toutes ses données, c’est autre chose. Et c’est là tout l’intérêt : s’offrir un stockage et une puissance de calcul qu’on ne pourrait pas avoir en interne. Cette puissance de calcul est également utile pour analyser toute cette data.

Autre avantage : la sécurité. En effet, ces systèmes sont extrêmement robustes face aux attaques que l’on peut rencontrer sur Internet mais aussi, tout simplement, aux pannes.

Enfin, ils sont modulables à loisir, c’est-à-dire que je peux décider de louer plus d’espace selon mes besoins et montées en charge d’utilisateurs.

.

Saviez-vous que vous utilisiez le mainframe chaque jour ?

C’est Noël : rejoignez RebelMouse aujourd’hui…

Et économisez 359€ sur votre abonnement RebelMouse « Rebel Prime Time » !

Pour cela vous devez souscrire à l’offre avant le 1er janvier 2014 avec le code RebelRoar2013 !e

C’est bien sympa ce cadeau de Noël mais ça va me servir à quoi RebelMouse ? Reprenons rapidement pour ceux qui n’ont pas suivi :

Quels sont les points forts de RebelMouse ?

Cliquez pour voir un exemple

« RebelMouse (lancé en beta début juin 2012) est un projet de l’ancien directeur technique du Huffington Post, Paul Berry. Ce service se présente sous la forme d’une page d’accueil qui agrège votre activité sur les profils sociaux que vous avez choisi de connecter. RebelMouse est disponible en version web, Android et iOS.

RebelMouse permet aussi de bloguer mais offre surtout la possibilité de suivre les conversations autour d’un événement ou d’’un concours, soit par une collecte automatisée de hashtags soit par curation manuelle. »

J’utilise la plateforme depuis le début et j’ai souscrit un compte payant à $9.99 (≃ 7,33€) depuis mai. Aujourd’hui, RebelMouse change de formule et le premier tarif (« Rebel Prime Time ») commence à $500. Mais en tant qu’early adopter je bénéficie désormais de cette offre mais toujours à $9.99 !

Donc si vous aussi vous souhaitez bénéficier de cette offre, vous avez jusqu’au 1er janvier 2014 (non inclus) pour souscrire un abonnement « Rebel Prime Time » à $9.99 au lieu de $500 avec le code promo RebelRoar2013.

Vous pouvez aussi bien sûr découvrir RebelMouse gratuitement mais après il sera trop tard…

Tarifs RebelMouse

Créer votre compte

Faites comme 102 de mes contacts et testez ce superbe outil qu’est RebelMouse !

Enfin, pour ceux qui veulent en apprendre plus jour après jour, rejoignez la Communuté RebelMouse fr sur Google+

Rejoignez la Communauté RebelMouse sur Google+

 

Pourquoi adopter une stratégie multi-écran dès maintenant

Un nombre considérable d’utilisateurs est équipé de plusieurs appareils : télévision, ordinateur, smartphone, tablette.

multi-screen - smartphone - tablette - laptop - TV

Tous ces appareils sont dotés de spécificités et d’écrans différents. Mais les utilisateurs que nous sommes ne nous attachons pas à ces détails ; la seule chose qui compte pour nous est d’avoir le même confort d’utilisation sur chacun d’eux. Et, surtout, pouvoir commencer une tâche sur l’un et la terminer sur l’autre.

Par exemple : je veux pouvoir commencer mon achat en ligne sur mon smartphone le matin dans le métro. Le continuer le midi sur mon ordinateur au bureau. Et valider mon panier et régler mon achat le soir sur ma tablette !

Autrement dit, un véritable casse-tête technique et CRM pour les sites e-commerce et les très populaires réseaux sociaux. Mais ceux qui prendront de l’avance sur ces questions de Multi-screen et Multi-device tireront leur épingle du jeux. Les consommateurs sont de plus en plus exigeants mais souhaitent une utilisation la plus simple du monde.

Cette infographie « The Curious mind: Why go Multi-screen with Google – 
Designing the experience for a Multi-screen World » nous donne les pistes à explorer :

  • 90 % de nos interactions médias passent par un écran
  • La combinaison d’écran que nous utilisons le plus (81 %) : smartphone + TV
  • 65 % des achats en ligne commencent sur smartphone
  • 38 % de nos interactions médias se font sur smartphone
  • La recherche en ligne est ce qui nous permet de passer le plus facilement d’un appareil à l’autre
  • Dans 22 % des cas l’usage simultané d’appareils est complémentaire
  • La TV reste toujours le média le plus consommé
  • Le surf sur Internet et l’activité où l’on passe le plus facilement d’un écran à l’autre

image contactez-nous